Le bio a le vent en poupe «Le bio a progressé de près de 20 pourcents»

L’année 2020 a été une véritable année record pour le secteur bio en Suisse. Celui-ci a connu en 2020 une croissance de près de 20 %! Jürg Schenkel, directeur marketing de Bio Suisse, nous révèle comment cela s’explique, quels sont les produits les plus demandés, et comment se profile l’année actuelle. 


En 2020, le Bourgeon a atteint de nouveaux sommets. Le secteur bio a enregistré plusieurs records: les Suisses ont dépensé 445 francs par personne pour des aliments bio. Cette chiffre est unique à l’échelle mondiale. Les Suisses ont acheté des produits bio comme jamais auparavant: les ventes de produits bio ont connu une hausse de 19,1 %! 
Vous découvrirez d’autres faits passionnants dans l’entretien en référence à la conférence de presse annuelle de Bio Suisse.

Jürg Schenkel

Monsieur Schenkel, comment évaluez-vous, en tant que responsable marketing, l’année 2020 pour le secteur bio en Suisse?
La croissance du marché a été le moteur du mouvement bio en Suisse ces dernières années. Étape par étape, nous rendons l’agriculture suisse toujours plus durable. Le mouvement n’a toujours connu qu’une seule direction: vers le haut. Mais je n’ai le souvenir d’aucun bond de croissance comme celui que le bio a connu l’année dernière en Suisse. Le commerce de détail suisse enregistre des chiffres record pour l’année écoulée.

Comment expliquez-vous ces chiffres record? La pandémie de coronavirus a-t-elle influencé le chiffre d’affaires?
En raison de la fermeture des restaurants et des cantines, les gens ont cuisiné eux-mêmes leurs repas et, en raison de la fermeture des frontières, ils ont fait leurs courses en Suisse. En plus de la forte croissance dans le segment bio, cette évolution a propulsé le chiffre d’affaires des articles bio à un nouveau niveau record. 

Tous les produits bio se sont-ils aussi bien développés? Quelles catégories se distinguent et y-a-t-il peut-être des produits qui ont souffert?
Nos chiffres nous permettent de repérer les changements d’habitudes des consommatrices et des consommateurs. Par exemple, la vente des produits de convenance et les surgelés a très fortement augmenté. Dans l’ensemble, les produits préférés restent les mêmes depuis des années: les œufs, le pain frais et les légumes. La vente et la part de marché des œufs et des légumes ont également augmenté. En revanche, le pain a baissé. L’une des raisons (vous vous souvenez peut-être encore des rayons de farine vides) réside certainement dans le fait qu’au printemps, les gens ont redécouvert la cuisine et pris plaisir à faire eux-mêmes leur pain.

L’année dernière vous a-t-elle réservé des surprises?
La consommation bio par habitant. En 2020, les habitants de Suisse ont de nouveau consommé nettement plus de bio que l’année précédente. Avec 445 francs par personne par an, les consommatrices et les consommateurs suisses détiennent même le record mondial! Nous avons cette année pour la première fois également examiné ce chiffre en fonction des régions linguistiques. Nous avons ainsi noté, et cela devrait réjouir nos amis de Suisse romande: les habitants de Romandie consomment le plus de bio, et ce jusqu’à 10 % au-dessus de la moyenne.

Pouvez-vous déjà donner une prévision pour l’année en cours?
Nous prévoyons que le marché va continuer de croître en 2021. Fortement soutenu également par le commerce, qui prévoit un développement significatif du chiffre d’affaires du bio, à l’instar des deux plus importants détaillants.

Vous êtes responsable marketing au sein de Bio Suisse depuis une quinzaine d’années. Quel enseignement majeur en tirez-vous?
Chez Bio Suisse, la durabilité tout au long de la chaîne de création de valeur, c’est à dire du champ à l’assiette, joue un rôle central. Ce concept distingue nettement les produit Bourgeon des autres produits bio. Le véritable défi consiste à communiquer cela largement et simplement. C’est l’objectif de notre nouvelle campagne. Elle vise avant tout à informer les consommateurs qui se sont davantage tournés vers les produits Bio Suisse ces derniers mois. Je suis curieux de savoir ce que les consommateurs vont penser de la nouvelle campagne qui démarre en mai 2021.

Carte d'identité
Jürg Schenkel est depuis 2006 responsable marketing au sein de Bio Suisse. Il a développé la stratégie marketing avec succès, assume la responsabilité des ventes et grands comptes ainsi que de la communication marketing. Il a acquis une expérience précieuse en tant que directeur du marketing et des ventes au sein d’entreprises diverses. 

À propos
Pour en savoir plus sur l'agriculture biologique et le marché bio: Bio en chifres


David Hermann et Jürg Schenkel. Images: Markus Spiske via unsplash, Archive Bio Suisse

Sur le même thème

0 commentaires

Flickr Images